Le 18 novembre 2020

Slasheur : un métier d’avenir ?

Elles seront peut-être encore plus nombreuses à l’avenir sur Linkedin et sur les cartes de visite. Les « slashs » : ces barres obliques entre deux intitulés de poste que rien n’amenait à se rencontrer. Dév RubyOnRails / Prof de yoga. Sociologue / Coach de dirigeants. Pianiste / DRH. Le mot « slasheur » désigne une personne qui cumule plusieurs jobs. Il ne s’agit pas tant de novlangue orwellienne que d’un terme de sociologie popularisé par la sociologue Marci Alboher (1). En France, c’est Marielle Barbe (2) qui l’a diffusé en 2017.

Le terme entérine une pratique qui existe depuis longtemps. Dans un monde où polyvalence et flexibilité sont devenu des valeurs cardinales, ces profils sont perçus comme créatifs et attractifs.

Car le slasheur slashe par passion. C’est d’ailleurs ce qui le distingue du travailleur précaire, obligé d’enchaîner plusieurs emplois pour boucler les fins de mois. Le slasheur a fui le modèle traditionnel du salariat, où l’ennui le guettait au quotidien. Bref, le slasheur a fait le choix de la cohérence avec lui-même.

C’est cela qui le distingue, d’ailleurs, du travailleur précaire : le choix. Ou du moins, la revendication d’un choix. Un serveur/livreur ou un chauffeur/gardien de nuit ne se désigne pas comme slashant.

S’il est une tendance (29% des actifs disaient déjà souhaiter le pratiquer en 2019), le slashing est moins celle de nouvelles vocations que de la « gentrification » de conditions de travail. La liberté du slasheur a du chic, du mérite, dans l’imaginaire collectif. Elle est pourtant précaire. Elle peut vite se trouver contrainte à la productivité permanente, sous la pression de la nécessaire rentabilité. Paradoxe : symptôme d’une recherche d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, le slashing a bien souvent l’effet inverse.

Face à la crise, l’avenir est-il aux hybrides ?

(1) Marci Alboher, One person/Multiples carreers, Business Plus Import, 2007.

(2) Marielle Barbe, Profession slasheur : cumuler les jobs, un métier d’avenir, Marabout, 2017.